Sciences infirmières

L’idée d’être infirmier ou infirmière vous effleure, mais vous doutez parfois que la formation vous convienne? Pour y voir plus clair, on a demandé à Marc-Olivier Myre et Tony Nguyen, tous deux étudiants en 3e année de sciences infirmières à l’UdeM, de nous aider à démêler le faux du vrai. Gare aux idées reçues…

Idée reçue n° 1 : « On ne fait pas vraiment de la science. » - FAUX

« Il s’agit d’un baccalauréat en sciences infirmières et donc d’études supérieures dans une discipline scientifique. Cela signifie que l’on fait de la recherche scientifique, qu’on trouve des articles dans des bases de données (à très grande majorité en anglais) afin d’appuyer ses démarches sur des résultats probants. »

Idée reçue n° 2 : « On fait toujours la même chose. » - FAUX

« Avec les sciences infirmières, les possibilités de carrières sont quasi infinies : en milieu hospitalier, en chirurgie, auprès d’une clientèle diversifiée dans des environnements variés (prisons, milieux hautement surveillés, Médecins Sans Frontières, OMS, etc.). »

« Les sciences infirmières, c’est bien plus que du clinique! On peut pratiquer dans des domaines variés comme ceux de la recherche, du syndicat, de l’administration, du juridique et de la réglementation, de l’enseignement, de l’expertise-conseil, etc. Les sciences infirmières offrent la possibilité de s’épanouir dans divers secteurs uniques. »

Idée reçue n° 3 : « On ne peut pas poursuivre au-delà du bac. » - FAUX

« Rien ne vous empêche de continuer vos études après le baccalauréat afin d’entreprendre une maîtrise ou un doctorat pour faire avancer la recherche dans un domaine qui vous intéresse. C’est aussi une bonne option pour orienter votre carrière en gestion ou en enseignement, ou pour devenir infirmier ou infirmière praticien.ne spécialisé.e (IPS) afin d’avoir accès à des actes normalement réservés aux médecins (comme les prescriptions). »

Idée reçue n° 4 : « On ne peut pas changer la vie des gens. » - FAUX

« C’est une profession extrêmement gratifiante qui nous permet d’aider des personnes dans le besoin à différents stades de leur vie. Étudier en sciences infirmières, c’est apprendre des techniques de soin, connaître les médicaments, cerner les besoins d’une personne pour l’aider à trouver des solutions adaptées à son cas. On est aussi en mesure d’établir une relation d’aide auprès des personnes ou des familles lorsque les choses se compliquent, cela fait partie du métier. Enfin, on apprend à s’adapter à différents environnements et à être pleinement opérationnels quel que soit le type d’unité – médecine, chirurgie, santé mentale ou soins critiques. »

Idée reçue n° 5 : « On ne suit que des cours magistraux. » - FAUX

« À la Faculté des sciences infirmières, les étudiants participent à toute une gamme de stratégies pédagogiques où ils sont actifs, souvent en petits groupes, mais toujours guidés par des professeurs qui ont à coeur leur apprentissage et leur réussite. »

À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie