Conseils | adaptation culturelle

Le 2 septembre, fête du Travail, marque définitivement la fin des vacances d’été et le début d’une nouvelle aventure. Les premiers cours arrivent à toute vitesse, certaines personnes sont excitées et prêtes, d’autres, hum, un peu moins… Voici un guide pour tous ceux qui se demandent comment se déroulent les premiers mois à l’Université de Montréal, mêlé de quelques astuces pour les moins préparés d’entre vous!

a. La rentrée, les premiers cours

Rassurez-vous, la session démarre toujours (ou presque) en douceur. Durant le premier cours, le ou la chargée de cours commence par se présenter et explique le plan de cours. Dans la majorité des cas, la personne entame aussi l’enseignement de la matière (notez donc de ne pas venir les mains dans les poches). 

Que faut-il apporter en classe? Tout dépend du matériel avec lequel vous êtes le plus à l’aise : Cahier? Ordinateur? À vous de choisir. Même en adoptant la technologie, un petit bloc-notes n’est jamais de trop dans votre sac pour vous préparer aux éventuels exercices sur papier. Mes indispensables? Un carnet, un stylo, mon ordinateur portable (+ chargeur!), un agenda (vous pouvez vous en procurer un aux comptoirs de la FAÉCUM). 

Lors de la première semaine, il est très recommandé de venir un peu en avance avant chaque classe afin de trouver votre salle! Je suis une fois arrivée avec 30 minutes de retard, oups… Voici un plan du campus pour bien vous aider à vous repérer pour cette première semaine. Vérifiez aussi le jour même sur votre Centre étudiant que le local n’a pas changé! On ne sait jamais (expérience vécue)… 


b. Rencontrer des gens

Quand on atterrit au Québec, c’est fort probable qu’on ne connaisse pas grand monde. Il arrive qu’on entende : «Ce qui est important, c’est de se mêler aux autres, de ne pas rester dans son coin». Mais comment s’y prendre, concrètement? Voici quatre moyens :

– La rentrée est le meilleur moment de l’année pour rencontrer de nouvelles personnes. Énormément d’activités sont organisées à ce moment-là : activités des services d’accueil pour les nouveaux étudiants, activités d’accueil de ton programme, sorties scolaires orchestrées en dehors de Montréal (une bonne occasion pour visiter un peu le pays). Que de possibilités de construire de nouvelles amitiés! 

– Investissez-vous dans l’Université : faites partie d’une association étudiante ou encore d’un regroupement étudiant!

– Vous voulez gagner quelques sous, mais vous hésitez car vous pensez que c’est synonyme d’abandon de votre vie sociale? Détrompez-vous, avoir un travail étudiant permet de créer d’autres connaissances en dehors de l’Université, des cours… 

– Même si les cours sont surtout faits pour écouter ce qui se dit, il est aussi possible d’y faire de belles rencontres : pendant les brèves pauses, les travaux de groupe…


c. L’hiver arrive

Quand les premières températures négatives débarquent, elles peuvent être assez impressionnantes (on ne va pas se mentir) : « -10 degrés et je meurs déjà de froid, comment vais-je survire à l’hiver?» était clairement ma première pensée à ce moment précis. Mais j’ai survécu!

Comme mentionné dans l’article « L’hiver blanc au Québec », le plus tôt vous achetez vos vêtements d’hiver, le mieux c’est! D’ailleurs, beaucoup s’attendent à dépenser considérablement pour rester au chaud l’hiver… Il y a en vérité plusieurs solutions : la grosse veste qui coûte un peu cher, mais qui tient chaud « en tabarnak » (il est aussi possible d’en trouver à très bon prix) et la technique de « l’oignon » : procédé hautement scientifique qui consiste à enfiler plusieurs couches de vêtements. Si cette dernière est 100 % approuvée pour affronter les températures polaires, elle fait cependant perdre un temps précieux une fois au chaud (où il faut éplucher l’oignon). Ma méthode ultime est de toujours mettre un haut près du corps (histoire de bloquer les courants d’air)!

La grande majorité des personnes interrogées pour cet article m’ont affirmé s’être bien acclimatées! Leur astuce principale pour « survivre » et « vivre » l’hiver dans la bonne humeur est de sortir, de ne pas s’enfermer! Montréal continue à bouger malgré la neige les amis… 

P.-S.  Ne vous fiez pas au ciel bleu! Ciel dégagé = vent enragé = froid assuré


D'autres articles susceptibles de vous intéresser

   Lire l'article l'hiver blanc au Québec

À propos de l'auteur
Nelly Salen

Nelly est étudiante au baccalauréat de communication. Malgré son emploi du temps bien rempli, elle fait une place de choix à sa passion : la création. La tête pleine de rêves et d’idées, elle voit Montréal comme une ville où elle peut épanouir son âme d’artiste.

Pro de mojitos
Photographie
Listes

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Portes ouvertes automne 2019
Le test cursus: pour trouver votre voie