Études | Cycles supérieurs

Après le bac, de plus en plus d’étudiants poursuivent aux cycles supérieurs sans crainte. Tout comme ces « jeunes actifs » qui reviennent auprès de leur alma mater après avoir testé le marché du travail. Sans parler des doctorants qui font vivre la recherche et que la recherche fait vivre. Les études supérieures, une occasion rêvée? La preuve en 10 points.

1- Faites (enfin) vos propres choix
Si vous rédigez un mémoire ou une thèse, vous allez ENFIN étudier ce sujet qui vous passionne tant! Votre démarche scientifique offrira peut-être à la société une nouvelle façon de voir et de comprendre le monde dans lequel elle évolue. Parallèlement, vous bénéficierez de l’encadrement d’un directeur ou d’une directrice de recherche. Et rien ne vous empêche de choisir la ou le professeur avec qui vous avez toujours rêvé de collaborer en raison de ses connaissances, de son aura, de sa façon d’enseigner, etc. Quel luxe!

2- Influencez le futur par vos recherches
Aux cycles supérieurs, vous serez en mesure de repousser les limites du savoir! Vous génèrerez des idées, des hypothèses, des questions de recherche, des interprétations et des analyses novatrices. Votre recherche aura peut-être un impact majeur dans le monde de la santé, de l’anthropologie, de la physique, des communications, de la littérature, etc. Les réponses que vous allez apporter peuvent faire une vraie différence dans la vie des gens. Tous les domaines d’études comptent!

3- Optez pour un parcours multidisciplinaire
L’UdeM vous offre la possibilité d’étudier dans un programme totalement différent de celui de votre 1er cycle et d’explorer un tout nouveau champ d’études. À titre d’exemple, vous pouvez obtenir un baccalauréat en psychologie et poursuivre bien sûr en psychologie, mais aussi en aménagement, en santé publique ou en sciences de l’éducation. Les parcours atypiques sont une richesse, ils vous permettent d’acquérir des connaissances complémentaires. Pourquoi s’en priver?

4- Profitez de ce que vous offre l’Université
En étudiant à l’Université de Montréal, vous bénéficierez d’un soutien permanent de votre directeur ou directrice de recherche et de vos professeurs. Vous aurez aussi la chance de profiter des bibliothèques situées sur le campus, d’un personnel dynamique, de bourses d’études, d’une vie associative trépidante, et plus encore! Vous pourrez aussi jouir de l’entraide et de la motivation de vos camarades (des « fous éclairés » comme vous!) qui rendront vos discussions enrichissantes et stimulantes.

5- Étudiez pour trouver un emploi qui vous ressemble
Certaines professions comme celles d’architecte, de psychologue, de travailleur social et de physiothérapeute, entre autres, exigent des études supérieures. Bien entendu, vous pouvez vous contenter d’un baccalauréat dans chacun de ces programmes, mais vous ne serez pas admissible à l’Ordre des psychologues du Québec si vous ne détenez pas un doctorat en psychologie, par exemple. Pensez-y! Dans plusieurs domaines, si les études supérieures ne sont pas obligatoires, elles ouvrent la porte à des emplois plus prestigieux et à de nouvelles perspectives, offrant davantage de contrôle sur le travail accompli.

6- Transmettez votre passion
Et si vous deveniez auxiliaire de recherche? Vous pourriez participer aux travaux de recherche de professeurs, de chercheurs ou d’unités. Vous pourriez aussi être chargé ou chargée de cours et ainsi transmettre vos connaissances aux étudiants du 1er cycle. Quel prestige! Et qui sait, vous ferez peut-être une différence dans le parcours universitaire de quelqu’un… N’oubliez pas que ce sont des activités rémunérées qui vous offrent la possibilité de générer un revenu durant vos études supérieures.

7- Laissez vos études vous transformer
Pas de langue de bois entre nous : il faut être un peu fou pour entreprendre des études supérieures! Mais c’est une folie douce qui vous aidera à repousser vos limites. À l’issue de votre formation, réel tremplin vers le marché du travail, vous ressentirez la fierté d’avoir mené à terme un projet de longue haleine. Sans vous en rendre compte, vous aurez appris à gérer le stress, à développer votre autonomie mais aussi un fort esprit d’analyse et de synthèse, et même à adopter une discipline de travail. Rien que ça!

8- Obtenez une reconnaissance et une certaine notoriété
Les personnes qui ont fait des études supérieures sont souvent reconnues comme des « employés hautement qualifiés ». Avec la forte compétition présente dans certains domaines professionnels, être titulaire d’un diplôme de 2e ou de 3e cycle confère un avantage évident. Vos connaissances et votre capacité de raisonnement vous permettront de vous démarquer d’autres candidats et d’apporter une forte plus-value à une entreprise. C’est bon pour le CV! N’oubliez pas non plus qu’étudier aux cycles supérieurs vous donne, entre autres, la possibilité de cosigner un article dans une revue scientifique avec votre directeur ou directrice de recherche, par exemple. C’est un très bon moyen d’obtenir une reconnaissance en tant qu’expert dans son domaine, aussi pointu soit-il.

9- Assurez-vous un avenir serein
Faire des études supérieures, c’est aussi entrevoir la possibilité d’obtenir un salaire plus élevé et des promotions, mais surtout la sécurité d’un emploi stable à la hauteur de vos attentes. « On n’a rien sans rien » : pour y arriver, il faudra faire beaucoup d’efforts et de sacrifices, y consacrer du temps, ne pas compter ses heures et se satisfaire d’un train de vie à budget étudiant. Quoi qu’il arrive, faites des études pour vous et pour vous seulement! Ne regrettez rien.

10- La fierté de se réaliser
À la fin de votre parcours, vous éprouverez un immense sentiment de fierté et du devoir accompli. Quelques années plus tard, vous pourrez savourer votre victoire en contemplant le chemin parcouru et bénéficier de ce que vos études au 2e ou 3e cycle vous auront apporté tout au long de votre vie. Vous vous remercierez…

Prêt à déposer votre demande d'admission? N'attendez plus!

Déposez votre demande

À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie