Naviguer dans cette page

Perspectives d'avenir

Bien que le titre de « bioéthicien » ne soit pas un titre réservé ni un statut d’emploi, les ouvertures et les perspectives d’emploi pour les diplômés en bioéthique sont variées. De plus en plus d’organismes, aux plans local, national et international, sont à la recherche de personnes détenant une formation en bioéthique pour participer à des comités ou à des instances touchant aux politiques publiques. Ce programme vise à initier les étudiants à un champ d’étude et de pratique interdisciplinaire ; il ne conduit pas directement à un diplôme professionnel.

Pour devenir bioéthicien (ex. : consultant ou conseiller en éthique), l’étudiant devrait poursuivre sa formation au niveau des études supérieures (maîtrise, doctorat). Les diplômés pourront quand même, suite à cette formation qui est complémentaire à d’autres programmes offerts à l’Université, occuper une variété de rôles dans des secteurs diversifiés tels que ceux figurant dans la liste qui suit :

  • Institutions de soins de santé ;
  • Assureurs publics et privés ;
  • Organismes à buts non lucratifs ;
  • Organismes gouvernementaux (réglementation, santé, etc.) impliqués dans le développement de politiques publiques et de mécanismes de gouvernance appropriés ;
  • Institutions éducatives (écoles secondaires, Cégeps) ;
  • Secteur privé (cabinets d’avocats, développement et innovation technologiques).

Il est toutefois important de noter que la plupart des professions requièrent minimalement un baccalauréat et souvent un niveau supérieur d’études universitaires. Informez-vous auprès de la personne ressource du programme pour plus d'information.

Signaler un changement

Demande d'admission

Partagez cette page

Université d'été 2021
Admission Automne 2021 : Encore temps