Développement durable | Vie de campus

Si comme nous, prononcer les mots gaspillage et surconsommation vous laissent un goût amer sur la langue, vous serez enchantés de ces initiatives écoresponsables lancées par les équipes des services alimentaires et des résidences ZUM. Un véritable vent de fraîcheur qui souffle sur des secteurs où le développement durable n’est souvent pas assez valorisé.

Récemment, nous avons appris que L’UdeM se classait 7e au monde pour son engagement en matière de développement durable selon le magazine Times Higher Education. Pour l’occasion, nous avons demandé à Pascal Prouteau, directeur des services de résidence, hôtellerie et Local Local, service de restauration de l’UdeM, quelques initiatives écoresponsables auxquelles il était fier d’avoir mis la main à la pâte. Depuis son arrivée en poste en 2018, il mène une mission environnementale afin d’offrir un milieu de vie vert aux étudiants et d’améliorer leur quotidien.  

Du gaspillage alimentaire : non merci?!

Limiter les pertes de nourriture est une lutte perpétuelle à laquelle se livre l’équipe de Pascal : « Composter c’est bien, mais réutiliser c’est encore mieux. Nous visons le zéro-déchet. » D’ailleurs, depuis l’automne, Local Local élimine complètement le gaspillage de nourriture en revendant à prix coûtant ses surplus alimentaires aux étudiants qui habitent les résidences. La distribution connaît un si grand succès qu’ils doivent appliquer la règle du premier arrivé, premier servi. 

Lire l'article : Des repas moins chers aux étudiants des résidences pour éviter le gaspillage


Des tasses à puce réutilisables aux comptoirs alimentaires

Ce qu’on surnomme le BIXI de la tasse à café, Canotogo a fait son entrée chez Valère en mai dernier. Les membres de la communauté udemienne peuvent désormais emprunter des tasses et des contenants à repas réutilisables et les rapporter à n’importe quel point de dépôt sur le campus. 


Des recettes 100 % Québec

Au Québec, 1 emploi sur 8 est lié au secteur de l’agroalimentaire. Une raison supplémentaire de privilégier les aliments d’ici. C’est donc pour des raisons environnementales, sociales et tout simplement pour utiliser des produits frais que l’équipe de restauration de l’UdeM a développé 6 recettes certifiées « aliments préparés au Québec ». Une option supplémentaire pour s’alimenter de manière plus responsable même à l’extérieur de la maison !  

Photo : Quartier libre

De l’agriculture urbaine à même le campus

L’agriculture urbaine est une tendance en émergence dans la métropole et le campus de l’UdeM n’est certainement pas en reste. « C’est tellement agréable de travailler dans un contexte universitaire où les initiatives qui contribuent à l’amélioration des pratiques sont encouragées. On se sent vraiment appuyés », mentionne Pascal.

Depuis son arrivée, il multiplie les projets collaboratifs de production alimentaire sur le campus dont les récoltes servent dans ses cuisines, une manière concrète d’apporter son soutien à la biodiversité du campus. Parmi les actions réalisées cette année on note : la récolte de 20 litres de sirop d’érable coulés d’une quinzaine d’entailles du boisé qui longe la rue Édouard-Montpetit, la cueillette à la main d’environ 50 kg de pommes surettes pour la confection de gelée et la production d’environ 800 pots de miel venant des 6 ruches de l’UdeM. Deux premières bières artisanales seront aussi brassées à partir, entre autres, du miel produit et des ingrédients qui poussent sur le territoire.


Les résidences ZUM : un milieu de vie verdissant

Bien que son assiette soit déjà pleine, Pascal est également directeur des services de résidences ZUM. « Un milieu de vie se veut rassurant et réconfortant, les aspects affectifs et humains doivent être au cœur de nos priorités. Nos initiatives entrent dans cette façon de penser. Nos résidents sont souvent loin de la maison, ont des moyens financiers plus limités et recherchent un sentiment de communauté », rapporte M. Prouteau. 

Outre la revente des invendus de la cafétéria aux résidents, il est également possible d’emprunter des mini-électro de seconde main ou des casseroles. Des plants de fraises sauvages bordent les immeubles et les passants peuvent se servir au gré de leur faim. Il n’y a pas à dire, les étudiants sont traités aux petits oignons.  

À propos de l'auteur
Marie-Pier Carpentier

Marie-Pier est agente de communication au SAR depuis avril 2018. Polyvalente et débordante d’enthousiasme, elle est aussi la reine de l’organisation et des post-it. Avec elle, le hasard ne décide jamais. Après des études en infographie, elle a arpenté le métier de designer graphique pendant quelques années en tête-à-tête avec son écran. Avide de relations humaines, elle a poursuivi des études universitaires en langues et communication. Depuis, elle conjugue communication graphique et écrite au plus-que-parfait.

Création de contenu
Stratégie Web
Pokémons

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Portes ouvertes automne 2019
Le test cursus: pour trouver votre voie