Cycles supérieurs | Immigration

C’est à partir d’une revue scientifique canadienne que la vie de la Brésilienne Sirléia Rosa a changé. Aujourd’hui, elle détient un doctorat en sciences de l’éducation à l’Université de Montréal et travaille en tant qu’analyste technopédagogique au cégep de Saint-Laurent, à Montréal.

Lorsqu’elle habitait à la ville de Belo Horizonte, déjà détentrice d’un baccalauréat en pédagogie et d’une maîtrise en éducation et technologie, Sirléia était abonnée à la revue Réseau canadien pour l’innovation en éducation. Un jour, elle tombe sur un article qui ira attirer particulièrement son intérêt. L’auteur était le professeur Bruno Poellhuber, de la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université de Montréal. Quelques mois plus tard, il devenait le directeur de recherche de la Brésilienne au 3e cycle.

Mais il a fallu que Sirléia persiste. «D’abord, je lui ai écrit. Ensuite, je suis venue le rencontrer personnellement afin de lui proposer ma candidature au doctorat», raconte-elle. L’effort a porté fruit. Ils ont travaillé ensemble dans la rédaction de plusieurs articles scientifiques. En 2018, Sirléia a finalement conclu sa thèse, qui étudie l’usage des sites de réseautage dans la trajectoire d’intégration des étudiants internationaux brésiliens à l’UdeM.

Sirléia ne cache pas que la langue française fut aussi un élément important dans son choix de venir à l’UdeM, la plus grande université francophone généraliste au monde. « Le français était beaucoup plus facile pour quelqu’un comme moi, qui a le portugais comme langue maternelle ». Cela dit, elle a quand même étudié le français pendant deux ans avant d’entamer son doctorat.

À l’université, elle a participé à plusieurs projets de recherche, elle a œuvré en tant qu’auxiliaire d’enseignement, puis en tant que chargée de cours. Toutes ces expériences ont été déterminantes pour son développement intellectuel, professionnel et personnel. Sirléia souligne que l’étudiant international doit étudier beaucoup, certes, mais qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance du réseautage, ce qu’elle considère extrêmement important.

La Brésilienne est aujourd’hui une spécialiste en technologies de l’information et des communications (TIC) et dans la mise en œuvre de projets de formation à distance, domaines dans lesquels elle possède un large bagage professionnel. En travaillant à la Direction des ressources technologiques du cégep de Saint-Laurent, elle contribue à l’intégration pédagogique des TIC, de manière à optimiser la qualité de l’enseignement, tant pour les étudiants que pour les enseignants. C’est un parfait exemple de l’application concrète des connaissances accumulées après des années de recherche.

Nul ne doute que la trajectoire de chaque étudiant international présentera toujours son lot de défis. Cependant, l’histoire de Sirléia montre que le succès devient possible lorsqu’on fait preuve de persévérance, organisation et confiance en soi. On ne sait jamais à quelle page pourrait se trouver un heureux hasard. Mais restez à l'affût, demain ça pourrait être vous.


À propos de l'auteur
Daniel Pereira Milazzo

Daniel est journaliste et étudiant au doctorat en littérature comparée à l’Université de Montréal, où il se penche sur le rapport de l'humain à l'éternité. Éclectique, il aime autant Tintin que Spinoza, autant le football que la musique classique. Passionné des langues, il parle portugais, anglais, français et espagnol, comprend un peu d’italien et est en train d’apprendre l’allemand…

Journalisme
Littérature
Vélo

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie