Vie étudiante | Logement

En colocation, en résidence universitaire ou en solo, vous n’aurez aucun problème pour vous loger à Montréal, à un coût modéré. Reste à choisir votre formule et votre quartier!

Il est relativement facile de se loger à Montréal. Les loyers sont nettement moins chers que dans certaines autres grandes métropoles comme Paris ou Toronto par exemple. Il n’est pas rare de trouver son petit nid douillet à un prix défiant toute concurrence.
 

Se loger en dehors du campus
 

Pour une chambre en colocation dans un appartement, prévoyez un budget d’environ 450 $-500 $ par mois, ou un peu plus si vous décidez de louer votre propre studio. Les baux sont de 12 mois et comprennent parfois le chauffage, l’eau chaude et l’électricité. Et avant de signer quoi que ce soit, vérifiez que le logement, charges comprises, corresponde à votre budget étudiant! Faites des simulations.

« Entamez votre recherche au printemps pour obtenir les meilleures offres. N’hésitez pas à réserver à l’avance par téléphone votre logement, en demandant des photos », conseille Sébastien, diplômé français à l’Université de Montréal. La banque de logement hors campus de l’Université de Montréal vous fournira des offres, notamment de colocation.


Meublés ou semi-meublés
 

Si vous préférez chercher sur place, prévoyez d’arriver « au moins trois semaines avant le début des cours », suggère Sébastien. « Afin d’éviter d’acheter des meubles ou des appareils ménagers, optez pour les logements meublés ou semi-meublés. Épluchez les journaux ou consultez les sites Internet spécialisés comme kijiji.ca ou lespac.com. »

N’oubliez pas non plus que Montréal est une ville très urbaine et hyperconnectée, mais qui possède aussi un côté très « cheap ». « Cela fait cinq ans que je vis ici et je n’ai jamais acheté un meuble! À Montréal, la récupération est un art à part entière et ça fonctionne », raconte Alexandre, étudiant en sciences de la communication à l’Université de Montréal, qui a l’habitude de guetter les meubles que ses voisins déposent sur le trottoir. Faites comme lui, profitez-en pour meubler votre nid douillet à moindre coût.
 

Choisir le bon quartier
 

Pour Sébastien, pas de doute : si vous étudiez à l’Université de Montréal, le meilleur quartier est Côte-des-Neiges. « Ce quartier proche de l’Université vous fera bénéficier d’un choix incomparable de cafés et de restos à bon prix. Les loyers sont relativement modérés et le centre-ville est à 15 minutes en métro. »


Quartier Côte-des-Neiges © Gabriel Tremblay

Le Mile-End aussi peut être un bon plan quand on étudie à l’UdeM. « Tu es à 5 minutes en vélo de l’Université. C’est un quartier plutôt anglophone où il y a tout ce qu’il faut : des bars végétariens/végétaliens, beaucoup de concerts, de l’art de rue et des expositions géniales à la galerie Fresh Paint, entre autres… », s’enthousiasme Alexandre. Même son de cloche pour Élise, étudiante en optométrie à l’UdeM. « Le Mile-End est un coin idéal pour vivre. Les loyers sont peu élevés et la communauté juive qui peuple le quartier est très hétéroclite, on y vit bien tous ensemble. »

Habiter près de l’UdeM : les 5 meilleurs quartiers

Pour les petits budgets, vous pouvez aussi opter pour Rosemont–La Petite-Patrie, près des stations de métro Jean-Talon, De Castelnau, Jarry, Fabre et Beaubien. « Vous aurez accès à deux lignes de métro, à un énorme marché avec fruits et légumes à bas prix, au quartier italien ainsi qu’à la Plaza Saint-Hubert et à ses boutiques de mode », raconte Sébastien.

Découvrez les quartiers proches de l’UdeM et bien plus sur L’appartInfo, référence en logement étudiant à Montréal!

Se loger en résidence universitaire
 

L’UdeM propose aux étudiants des places dans leurs résidences universitaires. Cela peut être une bonne solution pour votre première année d’étude ou simplement pour une courte période. Le tarif est de 396 $ par mois pour un studio simple et de 746 $ pour un studio avec salle de bains intégrée (2019-2020). Les salons et les cuisines sont à partager. Les baux sont de 8 mois, du 1er septembre au 30 avril, ce qui correspond à la période des cours.

L’avantage de ce système est qu’il vous permet de rencontrer facilement des étudiants et de simplifier vos démarches. De plus, les chambres sont situées sur le campus, à proximité immédiate de toutes les installations sportives : salles de gym, piscine, etc.

À noter : Chaque année, vous pouvez vous inscrire dès le 1er mars pour soumettre une demande de logement en visitant le site des résidences de l'université


La cuisine commune des résidences universitaires de l'UdeM. 

Décrypter une offre de logement au Québec

  • Saviez-vous que lorsqu’on indique le nombre de pièces, ½ équivaut à peu près à la taille d’une salle de bains (toilettes comprises)? Autrement dit, retenez que le nombre entier représente le nombre de pièces au total et que le ½ désigne la salle de bains. Si vous optez pour un 3 ½, vous aurez donc droit à un appartement avec salon, cuisine, chambre et salle de bains. Quant au 1 ½, il équivaut à un studio où la pièce principale fait à la fois office de salon, de salle à manger et de chambre.
  • S’il est indiqué que l’appartement possède un locker, cela signifie que vous pourrez entreposer vos affaires encombrantes dans une remise (ou un cagibi ou minigrenier, comme vous préférez). En général, le locker est situé à l’intérieur de l’immeuble ou de l’appartement.
  • Par « tout inclus », comprenez que le propriétaire prend en charge le coût du chauffage, de l’eau chaude et de l’électricité. Vous ne paierez donc rien de plus que le loyer attendu. Si rien n’est inclus? C’est vous qui payez.
  • Enfin, précisons que le « poêle » désigne la cuisinière, la « laveuse » la machine à laver et la « sécheuse » le sèche-linge… Avant de louer un logement, vérifiez d’ailleurs qu’il possède bien les fameuses « entrées laveuse/sécheuse » : pour brancher les appareils, c’est mieux! Bon emménagement et faites comme chez vous.
À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie