Thèse | Cycles supérieurs

Sara Mathieu-Chartier est doctorante en Sciences de l'éducation à l’Université de Montréal et prépare une thèse consacrée au « Potentiel du jeu sérieux en contexte d'éducation à la sexualité ». Elle est aussi et surtout cofondatrice de l'initiative « Thèsez-vous? », un projet indispensable à toute personne qui cherche à rédiger son mémoire ou sa thèse en douceur. Rencontre avec l’instigatrice qui doit encore écrire sa thèse.

Comme J. K. Rowling, Sara Mathieu-Chartier a eu une idée de génie pendant qu’elle écrivait dans un café. « J’ai demandé à Guillaume, un ami et barista habitué à me servir du café tous les jours, s’il trouvait que c’était une bonne idée de se retirer dans un chalet, entre étudiants, pour rédiger ». Elle a ensuite fait part de son concept à ses amis inscrits à la maîtrise et au doctorat. « En trois jours, j’ai reçu 80 courriels de gens que je ne connaissais pas et qui voulaient venir en retraite de rédaction! C’est là que j’ai réalisé que mon idée répondait à un besoin auquel les universités ne répondaient pas encore », raconte la passionnée avant de rappeler que dans certains programmes, plus de deux tiers des étudiants abandonnent leur doctorat en cours de route. « Chaque année au Québec, il y a 15 000 nouveaux étudiants qui se lancent dans un doctorat : ils font partie des personnes potentiellement intéressées par Thèsez-vous? et on est là pour les soutenir! »

Voilà comment, en juin 2015, la première retraite Thèsez-vous? voyait le jour et donnait à la rédaction universitaire une teinte plus collective.

« Ça peut être joyeux, lumineux et collectif d’écrire un projet de recherche! Il suffit de savoir comment s’y prendre. »

L’initiative crée aussi des rencontres et des conversations fascinantes entre des passionnés qui n’auraient jamais eu l’occasion de prendre un café ensemble ailleurs qu’à Thèsez-vous? « Je me souviens avoir entendu un anthropologue qui travaillait sur les rituels associés à la mort discuter avec un biologiste marin qui étudiait une larve présente dans le Saint-Laurent… » 

Depuis la première édition, Sara s’est entourée d’une équipe interdisciplinaire avec laquelle elle a cofondé Blitz Paradisio, un organisme à but non lucratif qui se consacre à l’organisation des retraites Thèsez-vous? Émilie Tremblay-Wragg, Marie-Ève Ferland, David Gobeille-Kauffman, Élise Labonté-LeMoyne et leur précieuse coordonnatrice, Marie-Eve Gadbois, s’impliquent depuis près d’un an dans cette aventure qui évolue selon les principes de la recherche appliquée et de l’économie sociale. 

Voilà comment en juin 2015, la première retraite « Thèsez-vous » voyait le jour. Une période idéale d’après Sara qui a constaté le développement d’une mouvance de recherche universitaire plus communautaire et plus participative depuis quelques années.

La rédaction est un acte plus collectif qu’on le pense. Ça peut être joyeux, lumineux et collectif d’écrire un projet de recherche! Il suffit de savoir comment s’y prendre. 

Les objectifs fixés par Thèsez-vous ? Avancer concrètement sa rédaction, développer son savoir écrire et briser l’isolement. Pour y arriver, l’équipe a opté pour des ateliers axés sur le « savoir-écrire ».

Site Web Thèsez-Vous?

Les objectifs fixés par Thèsez-vous?

Avancer concrètement sa rédaction, développer son savoir écrire et briser l’isolement. Pour y arriver, l’équipe de Thèsez-vous? a opté pour des ateliers axés sur la rédaction. « Les universitaires qui font de la recherche ont un ennemi commun à abattre : la procrastination. Certains ont aussi du mal à gérer leur temps ou à organiser leurs idées. Notre combat, c’est la rédaction! », explique la doctorante-entrepreneure, qui a fait appel à des professeurs bénévoles pour prendre en charge deux ou trois ateliers par retraite.

« Certaines personnes peuvent trouver ça angoissant de participer à une retraite d’écriture : le bruit du clavier des autres quand tu es face à ta page blanche par exemple! Mais je trouve qu’il y a une solidarité silencieuse vraiment efficace qui s’instaure dans ce genre d’initiative. Quand tu vois les autres écrire, tu as envie de t’y mettre aussi. »

Lors de la retraite d’écriture, les chercheurs ont un ennemi commun à abattre : la procrastination. Certains cherchent aussi à développer une gestion du temps plus optimale ou à organiser plus sereinement leurs idées », explique la doctorante-entrepreneure qui a fait appel à des professeurs bénévoles pour prendre en charge certains ateliers. « Le Centre étudiant de soutien à la réussite de l’UdeM a aussi joué le jeu en lançant un atelier qui invite les étudiants à poursuivre les bonnes habitudes de rédaction au-delà de la retraite Thèsez-vous. » 

Site Web Thèsez-Vous?

Comment ça se passe?

Sur place, 40 étudiants d’horizons variés partagent le même quotidien pendant trois jours et ont une seule mission : consacrer 20 heures à la rédaction de leur thèse ou de leur mémoire.

« C’est beaucoup, mais c’est possible! Les gens sont très sérieux, la plupart se couchent vers 22 h 30 et se lèvent à 7 h en commençant par notre activité yoga. La majorité profite aussi de la “salle sans Internet”. Ils ont payé pour être là, c’est un engagement envers eux-mêmes. »

Parfois, l’équipe de Thèsez-vous? arrête les étudiants en pleine rédaction pour les inviter à prendre l’air, à aller courir ou à prendre des collations. « L’équipe est à la fois très maternante et très stricte! Écrire un mémoire ou une thèse, c’est de la gestion de projet qui demande de la rigueur », souligne la doctorante, qui fait aussi appel à un traiteur pour apporter des « plats santé » aux participants en quête de petits soins quotidiens. « Certains doctorants n’ont parfois pas touché leur thèse depuis un an… Pour eux, l’écriture est vraiment devenue anxiogène. Dans ce contexte, l’exil aide à favoriser la concentration et à se relancer dans la rédaction », confie Sara, consciente qu’une retraite d’écriture ne sauve pas une thèse. « Mais ça donne un nouvel élan qu’il faut tenir une fois rentré chez soi! » Raison pour laquelle elle teste actuellement la formule #ThèsezVousMaison, une initiative qui lui permet d’accueillir des étudiants les jeudis après-midi chez elle pour des sessions de rédaction. 

Et après?

À terme, Sara espère aussi attirer davantage d’étudiants étrangers et exporter son concept en Europe. « On est aussi en train de réfléchir à développer le projet de la retraite d’écriture au sein même de Montréal. Nous sommes en train de visiter des locaux… À suivre! » 

Des informations pratiques

- Thèsez-vous? organise aussi l'évènement Nuit (sans page) Blanche à l'occasion de la Nuit Blanche à Montréal. Inscrivez-vous dès maintenant!

- Le coût actuel est de 250 $ pour un hébergement en chambre commune ou en chambre individuelle (lorsque la possibilité existe) + les frais de transaction en ligne. Plusieurs associations étudiantes et centres de recherche peuvent contribuer au financement de la retraite Thèsez-vous?

Renseignez-vous!

À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie