Recherche | Francophonie

Plusieurs étudiants de l’Université de Montréal et de la Cité Internationale Universitaire de Paris ont participé au concours « Francosphères » dont le but est de valoriser la recherche, les études supérieures en français et les jeunes chercheurs francophones. Après s’être penchés sur toutes  les candidaturesle jury a accordé le Prix Prestige à Roeland Heerema et Gabrielle Pannetier Leboeuf. Le Prix Coup de cœur (décerné par les votes du public), quant à lui, a été remis à Gabrielle Pannetier Leboeuf, Marjorie Cuerrier et Melissa Hachem. Portraits et réactions des gagnant·es.

Roeland Heerema, chercheur en neurosciences

Diplômé d’une licence (équivalent du baccalauréat) en psychologie et neurosciences cognitives à Utrecht aux Pays-Bas, Roeland a ensuite suivi un double master à Londres (University College London) et Paris (Ecole Normale Supérieure et Université Pierre et Marie Curie). Actuellement assistant de recherche, il entamera sa thèse dès l’année prochaine. En attendant, il a remporté le concours Francosphères grâce à son projet intitulé «Impact des émotions sur la prise de décision : approche neuro-computationnelle ».

Sa réaction après voir remporté le concours

« J’étais très étonné d’avoir gagné. Quand j’ai vu l’annonce pour participer au concours, j’ai tout de suite pensé que c’était fait pour moi ! Par le passé, il m’était déjà arrivé de réaliser des projets vidéo, des vlogs, des blogs et des présentations de vulgarisation scientifique mais toujours en anglais. Ce concours en français était donc un réel défi, j’ai voulu tenter ma chance… Lorsque j’ai vu les vidéos des autres participants, je me suis rendu compte que nous étions chacun unique à notre manière (…) ! C’était impossible de prédire qui charmerait le jury, voilà pourquoi j’étais fort étonné et très heureux d’apprendre que j’avais gagné. Je suis d’autant plus fier que chaque minute de vidéo représente environ 3 heures de travail, donc je suis content que cet effort ait été récompensé », a confié le chercheur qui a aussi beaucoup aimé la vidéo de Marjorie car, selon lui, « elle a très bien réussi à transmettre son enthousiasme pour son projet ».

Gabrielle Pannetier Leboeuf, doctorante en études hispaniques

Après avoir complété son baccalauréat et sa maîtrise en études hispaniques à l’Université de Montréal, Gabrielle Pannetier Leboeuf a décidé de poursuivre au doctorat en cotutelle entre l’Université de Montréal et Sorbonne Université. Elle se spécialise en cinéma hispano-américain et en études culturelles et de genre.

C’est grâce à son projet intitulé « La représentation des personnages féminins dans le narco-cinéma mexicain » dont la présentation vidéo est disponible ici qu’elle a remporté le prix «Francosphères Prestige »

Sa réaction après voir remporté le concours

« J'ai littéralement sauté de joie quand j'ai su que j'avais gagné à la fois le Prix Prestige et le Prix coup de coeur. J'ai été émue, excitée et fière, et ma première réaction instinctive a été de communiquer l'information aux personnes qui m'ont apporté leur aide précieuse pendant tout le processus et de partager ce moment d'euphorie avec eux et elles. Je crois définitivement que cette victoire est susceptible d'avoir un impact sur mes projets.(à mettre en citation à part, en exergue sur Typo) Elle va me donner une visibilité qui me permettra peut-être de me faire des contacts parmi les rares chercheurs francophones qui travaillent sur le narco-cinéma.

Peut-être aussi que la diffusion de ma vidéo éveillera les curiosités sur le phénomène du narco-cinéma, et me permettra d'obtenir des invitations à des conférences ou encore des entrevues, donnant encore une fois de la visibilité à mon projet de recherche […] De plus, si je souhaite faire des demandes de bourses ou de financement, je crois que le fait d'avoir gagné ce concours pourra jouer en ma faveur, et montrer que mon projet s'est avéré intéressant, même aux yeux de plusieurs non spécialistes.

Je suis extrêmement fière d'avoir remporté ces prix. J'ai mis beaucoup d'efforts depuis l'automne pour parvenir à vulgariser mon projet et à développer un scénario suffisamment court et attrayant, mais complet à la fois : j'ai appris de A à Z à faire de l'édition vidéo ! Cela fait du bien de voir que ces efforts ont été récompensés (…) », a raconté l’heureuse élue qui, si elle avait dû choisir, aurait voté pour Robin Batard et sa vidéo "Intégration des initiatives citoyennes en gestion de crise"

« J'ai adoré la comparaison qu'il a établie entre les citoyens volontaires et les musiciens d'un orchestre afin de permettre au public de mettre une image concrète sur ses propos qui auraient pu autrement s'avérer abstraits. Cette comparaison éclairante a été le fil conducteur de sa vidéo, ce qui était à mon sens une excellente stratégie. J'ai aussi beaucoup apprécié les effets visuels et animations qu'il a intégrés à l'image. »

Marjorie Cuerrier, étudiante à la maîtrise en didactique

Titulaire d’un baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire, Marjorie est une passionnée qui a choisi de poursuivre ses études aux cycles supérieurs en alliant éducation et recherche. C’est avec cette vidéo qu’elle a remporté le prix « coup de cœur » grâce aux votes du public, on vous laisse comprendre par vous-même pourquoi elle a remporté un vif succès. 

« J’étais à la fois surprise et reconnaissante envers tout un chacun qui avait pris quelques minutes pour voter pour mon projet. C’est une dose d’encouragement et d’amour à l’état pur, en plus d’être un condensé de motivation pour la suite!

La rédaction d’un mémoire est un processus laborieux et résolument solitaire, alors que mot par mot, phrase par phrase, nos idées prennent forme. Les gens de notre entourage ne savent pas toujours sur quoi on travaille et l’implication que ça demande. (…) La réalisation de cette vidéo m’a permis de vulgariser mon projet afin de le diffuser à mon environnement immédiat et au-delà.

Curieuse de nature, j’ai visionné les vidéos des autres participants et j’ai même parfois voté, tant leurs projets étaient pertinents et bien élaborés. J’ai particulièrement aimé la vidéo de Vahé Asvatourian puisque son animation était captivante et son sujet, bien vulgarisé. »

Melissa Hachem, doctorante en santé publique

Après l’obtention d’une licence en sciences infirmières et d’un master en épidémiologie et biostatistiques à l’Université Libanaise, Melissa a suivi un deuxième master dédié à l’évaluation des risques environnementaux à Paris Descartes. Passionnée par la santé publique, elle poursuit en thèse ses travaux de recherche dans ce domaine.

« CS - PUF - TAXI » s'intéresse à l'exposition aux particules ultrafines et au carbone suie des chauffeurs de taxis : déterminants de l’exposition et l’impact sur la santé respiratoire. Grâce à son projet, elle s'est mérité le prix « coup de coeur » du public. 

À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie