Faculté de l'Aménagement | Design de jeux

Seul programme francophone en design de jeux au Canada, le DESS offert par l’UdeM permet aux passionnés de se spécialiser pour intégrer l’industrie de leurs rêves. Portraits de Virginie et Jean-François, finissants à la Faculté de l’aménagement

Programme d'études

D.E.S.S. en design de jeux

Département

École de design

Virginie Lesiège

Avant d’intégrer le diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en design de jeux, Virginie détenait déjà un baccalauréat en cinéma et littérature comparée de l’UdeM (remplacé par le baccalauréat en littérature comparée), un certificat en communication de l’UQAM, et avait suivi quelques ateliers en théâtre et en multimédias. Alors comment s’est-elle retrouvée à la Faculté de l’aménagement? « Je suis une fanatique des parcs d’attractions et j’ai réalisé que j’avais vraiment envie de travailler dans le design des parcs… » Voilà comment elle est devenue conceptrice de jeux au terme d’une formation intensive de huit mois dans le cadre de son DESS. « Je suis arrivée en espérant pouvoir concevoir le futur Disneyland québécois, et je suis sortie avec l’envie de ludifier toutes les sphères de ma vie, de créer des environnements sur une plateforme et de gérer une équipe qui partagerait connaissances, passions et rires. » 

Au départ, la jeune femme éprouvait bien quelques appréhensions et avait peur de ne pas être à sa place.

« Je ne connaissais pas tant que ça les jeux, j’avais peur de ne pas être capable de suivre les cours et de me débrouiller en programmation, notamment », raconte la diplômée qui a finalement réussi à se dépasser et à créer des prototypes de jeux à l’aide des précieux conseils de ses professeurs.

« On était 12 étudiants au DESS et on avait quatre ou cinq profs rien que pour nous! On était très proches, cela facilite vraiment l’apprentissage », se souvient Virginie, qui appréciait aussi le format « classe en cercle », propice aux discussions, et tous les ateliers pratiques.

Son conseil aux futurs étudiants? « Soyez motivés, débrouillards et persévérants! Essayez aussi de conserver un certain esprit enfantin et ne vous arrêtez jamais de créer ou d’imaginer… Pour intégrer le DESS, retenez aussi qu’il faut aimer les jeux mais pas forcément jouer à des jeux vidéo! Enfin et surtout, soyez humbles », confie Virginie qui vient aussi de lancer Lumina, un concept de jeux sérieux modulables en fonction des besoins des entreprises et des groupes d’utilisateurs.

Et après? La passionnée prévoit peut-être d’intégrer une grande entreprise (comme Ubisoft) pour ensuite s’établir à son compte, quand elle en aura appris suffisamment auprès de certains collègues expérimentés de l’industrie du jeu.

Son projet de fin d’études

« The Twins », inspiré du célèbre jeu Banjo-Kazooie

À travers un monde fantastique plein de secrets, sautez d’île en île, planez dans le vent, combattez physiquement la maladie qui tue petit à petit les jumeaux et explorez les recoins d’un monde fantastique. The Twins est un jeu d’aventures et de plateformes où l’on voit évoluer les personnages, Ethan et Emily, qui doivent faire un deuil : celui de leur propre vie. C’est à vous de faire en sorte que leur dernière aventure soit mémorable!  

Jean-François Morin

Après avoir suivi un programme en technologie de l’architecture à La Cité collégiale et obtenu un baccalauréat en design industriel à l’UdeM, Jean-François s’est retrouvé devant plusieurs choix. Créatif, mais aussi adepte de jeux vidéo accompli, il décide de s’inscrire au DESS en design de jeux. « C’est l’un des meilleurs choix de ma vie! Dès les deux premières semaines de cours, j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire pour le reste de ma vie », raconte celui qui, en intégrant le programme, craignait pourtant de « trop comprendre » le fonctionnement des jeux et de ruiner sa passion. « En fait, c’est l’inverse qui est arrivé! J’ai appris encore plus que ce que j’imaginais et je me sens maintenant prêt à intégrer le marché du travail. »

Avec un peu de recul, Jean-François réalise que l’un des atouts majeurs du DESS réside dans l’enseignement dispensé. « Nos professeurs nous connaissent bien, ils connaissent nos forces et nos faiblesses, ce qui leur permet de mieux nous diriger », se souvient le diplômé qui a amélioré son savoir-faire mais aussi son savoir-être. « En intégrant cette formation, tu dois être capable d’accepter que tu n’as pas toujours les meilleures idées et qu’il est souvent bénéfique d’écouter les arguments de tes camarades. Ce n’est pas simple au début! »

Son conseil aux futurs étudiants?

« Aimer les jeux, ce n’est pas assez! Il faut vouloir en apprendre plus et s’intéresser intensément à la manière dont les choses fonctionnent. N’oubliez pas non plus que les jeux de table font aussi partie des jeux étudiés dans le DESS… Il n’y a pas que les jeux vidéo dans la vie! »

Et après? « C’est sûr que Moment Factory m’attire beaucoup parce qu’on peut toucher à tout… Je sais que je veux travailler dans l’industrie du jeu, mais je ne sais pas encore où!  »

Son projet de fin d'études

Double vie : La Résistance

À la suite de la mort du chef de la Résistance de son village, Émile doit prendre la relève et contrer la menace nazie. Vous contrôlez Émile, un aubergiste, et au cours de deux phases distinctes, vous aurez à prendre des décisions afin de limiter les dégâts sur les citoyens. Durant la phase de jour, vous marchez et parlez aux différents visiteurs de votre auberge. Pendant ces conversations, vous aurez à saisir des occasions afin de récolter des informations sur votre adversaire. Passant à la phase de nuit, vous aurez à diriger vos membres de la Résistance afin de contrôler le champ de bataille avec le moins de pertes possible. Les informations récoltées durant la phase de jour vous permettront de prendre des décisions plus éclairées durant la nuit.

À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Le test cursus: pour trouver votre voie