Santé Publique | Cycles supérieurs
Claudia lors de son voyage en Inde

Claudia Bojanowski, 28 ans, a cofondé la Communauté étudiante de santé mondiale (CÉSM) et travaille actuellement comme assistante de recherche au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM). Avant d’en arriver là, elle avait opté pour un parcours multidisciplinaire et avait même pris le temps d’aller faire un stage en… Inde! Retour sur un parcours inspirant.

Quel a été ton parcours universitaire?

Lorsque je suis entrée à l’Université de Montréal en 2009, je savais que je voulais travailler dans le domaine de la santé, mais j’avais de la difficulté à déterminer exactement comment. Mon choix de carrière s’est dessiné graduellement. J’ai donc commencé par un baccalauréat en ergothérapie : les cours liés à la prévention des maladies et à la promotion de la santé m’ont particulièrement intéressée.

Pourquoi as-tu ensuite décidé de suivre une mineure en kinésiologie?

Grâce à mes cours d’ergothérapie, j’ai réalisé que le travail sur les habitudes de vie et les différentes sphères de l’environnement me motivait énormément. C’est pourquoi j’ai décidé d’ajouter une mineure en kinésiologie à ma formation universitaire! Peu à peu, j’ai compris que je voulais travailler à l’international pour en apprendre davantage sur les enjeux des contextes qui ne sont pas les miens. L’inconnu ne me fait pas peur, au contraire… 

Tu as ensuite suivi une mineure en anthropologie à la Faculté des arts et des sciences. Quels étaient tes objectifs?

J’avais envie d’approfondir mes réflexions sur l’interculturalisme et les forces cachées derrière l’organisation des sociétés. Ça a été une année passionnante qui a validé mon envie de travailler en prévention des maladies et en promotion de la santé, au niveau populationnel et international. C’est aussi à ce moment-là que j’ai décidé de faire une maîtrise en santé publique, option santé mondiale. Il était important pour moi de clarifier mes objectifs de carrière avant d’entreprendre des études de 2e cycle universitaire.

Pourquoi as-tu fait ce choix de programme à l’UdeM? Quels étaient ses atouts?

Le programme de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM) était celui qui convenait le mieux à mes besoins. Il m’a permis de me spécialiser en santé mondiale et de réaliser un stage en Inde! J’aimais aussi le fait que la maîtrise en santé publique de l’ESPUM soit la première au Canada à avoir été agréée par le Council on Education for Public Health (CEPH) (Conseil d'éducation pour la santé publique). C’est important d’étudier dans un programme mondialement reconnu quand on envisage de travailler à l’international!

Quels sont les souvenirs marquants de ta vie étudiante à Montréal?

Mis à part les séances d’étude intensives (qui forgent des amitiés solides!), j’ai beaucoup de souvenirs liés à la Communauté étudiante de santé mondiale (CÉSM) que j’ai cofondée avec quatre collègues en 2015. Cela nous a permis d’organiser une assemblée générale pour officialiser le groupe, mais aussi d’organiser des tables rondes, des conférences, des 5@7, un gala et une exposition de photos sur la santé mondiale. Je garde aussi un souvenir fantastique de mes études au CEPSUM lorsque j’étais en kinésiologie : la proximité entre les salles de classe, les gymnases, les piscines et la patinoire imprégnait l’atmosphère d’une belle énergie! Je recommande l’expérience à tout le monde.

Courtoisie de Claudia

As-tu finalement trouvé la carrière qui te convient?

Oui! J’ai trouvé ce que je voulais faire car j’ai pris le temps d’explorer certains domaines d’études en veillant à ne pas m’éparpiller. Chaque décision était minutieusement réfléchie, c’est ce qui m’a permis de réaliser que la santé mondiale me convenait tout à fait. Les connaissances et les compétences acquises à travers mon parcours se sont agrégées en un tout cohérent, et me sont aujourd’hui utiles dans mon travail.

Où travailles-tu maintenant et que fais-tu au quotidien?

Je suis assistante de recherche pour le CRCHUM! J’ai été engagée par la Dre Mira Johri, chercheuse régulière au CRCHUM et professeure titulaire à l’ESPUM, qui a été ma superviseure de stage lors de ma dernière année de maîtrise. Lorsque j’ai réalisé mon stage à New Delhi à l’hiver 2016, j’ai participé au développement d’une plateforme de santé mobile ayant pour objectif d’augmenter la couverture vaccinale dans les régions rurales de l’Inde. Aujourd’hui, j’ai la chance de poursuivre mon implication au sein de ce même projet et mes tâches sont très variées : développement d’outils de communication et de contenus pour la plateforme, et préparation de documents adressés au comité éthique de la recherche, entre autres.

Conseillerais-tu aux étudiants de faire leurs études à l’UdeM pour envisager une carrière à l’international après leurs études? Pourquoi?

Évidemment! L’UdeM dispose d’un réseau étendu de partenaires et de collaborateurs, au niveau tant local qu’international, et les professeurs de santé mondiale à l’ESPUM sont tous impliqués dans de nombreux projets aux quatre coins du globe. Ce sont des opportunités de stage et de réseautage inouïes pour les étudiants! À l’ESPUM, nous avons aussi la chance d’avoir beaucoup d’étudiants internationaux qui deviendront nos collègues et qui viennent enrichir les discussions en salle de classe avec leurs perspectives. Je crois fortement que les contacts que nous faisons au cours de nos études, avec les étudiants et les professeurs, ont une incidence déterminante sur notre carrière. 

Claudia lors de son voyage en Inde
Courtoisie de Claudia

Prêt à déposer votre demande d'admission? N'attendez plus!

Déposez votre demande

À propos de l'auteur
Daisy Le Corre

Daisy est journaliste et chargée de projet au Service de l'admission et du recrutement. Amoureuse des mots et de la vie des gens, elle a toujours des idées plein la tête! Indiscrétion : elle voue un culte infini à Catulle Mendès, l'auteur qui lui permet d'étudier l'androgynie dans les oeuvres décadentes du 19e siècle. Raison pour laquelle elle poursuit sa recherche en littératures à l’UdeM…

Globe-trotteuse
Plume à papote
Queer

Abonnez-vous à notre blogue

En saisissant votre courriel, vous consentez à recevoir des communications de l’UdeM.

Déposez votre demande d'admission